Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par M Y R

Madagascar, dahalo - enquête sur les bandits du Grand Sud / Bilal Tarabey

" L'orage s'abat sur la capitale.

Antananarivo. Et le bureau désert, la nuit. (p. 15)

Tarabey écrivait une phrase d'introduction où se mêlent à la fois la solitude et la peur. Alors que son voeux est de parvenir à une situation calme et paisible.

Tarabey, un correspondant de la Radio France Internationale à Madagascar, s'est pris de suivre à sa façon le jeu d'une chasse à l'homme. Une aventure aux fins fond de Madagascar où le monde tourne " moramora ".

" Les minutes passent. Puis une heure. Puis deux. La lumière décline, le décor devient marron. Terre battue " (p. 68)

Comment parvenir à dénouer une histoire dont le commencement même était enraciner dans la culture de la région. Mais par l'évolution des choses ou de la société, cette culture tend à devenir autre chose.

" Posséder des zébus est la chose chose la plus valorisante pour un Bara, ou un homme du Sud. Mais le vol de zébu n'a jamais été valorisé. C'est un moyen pour arriver à une fin. " (p. 98)

Le Zébu est devenu l'objet de toutes les convoitises par sa valeur marchande surtout. Non seulement une marque traditionnelle de richesse (une spéculation), le zébu se raréfie inexorablement et se trouve au centre d'une lutte féroce des négociants et trafiquants de tout genre.

Tarabey, dans son rôle de journaliste, s'est plongé dans un imbroglio juridico-politico--culturel ! Il n'y a pas à se défiler que tout cela entre en jeu dans l'affaire. Et c'est encore plus difficile à trouver la bonne solution pour résoudre le problème des dahalo car intervient la question d'argent. REMENABILA, le rajout d'un nom comme l'ennemi public n°1 a encore corsé l'histoire. Est-ce le seul dahalo ?

Madagascar, dahalo cherche à montrer la société du sud et sa culture bovine, à comprendre le fonctionnement des tribus qui composent et occupent cette partie méridionale de l'île. Une société, éloignée des centres du pays, a gardé précieusement ses us et coutumes et a développé un moyen de subsistance propre.

" Ces zébus, c'est comme ma banque, c'est ma richesse. Je ne travaile pas avec eux, je les garde, c'est tout. Jusq'à ma mort. " (p. 76)

Dans Madagascar, dahalo Tarabey rend des faits et ainsi le style l'est : la précision, l'exactitude et la concision. Il n'y a pas de fioritures qui empêchent le cerveau de suivre le cours de l'histoire dans la quiétude et la sérénité. L'histoire est rendue dans son intégralité (toute vérité n'est bonne à dire).

A la lecture de Madagascar, dahalo, je me suis baladé dans le sud de Madagascar en faisant une visite touristique très éducative et très instructive. Pour ceux qui aime (ou n'aime pas) les voyages découverte, ils seront servis.

Allons rejoindre les " hako moche " et " avoir une belle fille " !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article