Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par M Y R

xingjian.jpeg


Comment faut-il se prendre avec ce livre de Gao, Prix Nobel de Littérature 2000 ? L'auteur a pris son temps pour écrire Le Livre d'un homme seul, entre 1996 et 1998. Ce qui a donné comme résultat tout un pavé de livre très enrichi, très dense, un condensé de la pensée de Gao.


D'une grande liberté d'écriture, Gao n'hésite pas à définir la liberté comme " une capacité qu'il faut préserver, une conscience. " L'auteur a vécu dans son pays, la Chine, la dure vie sous Mao.


Durant cette période de la révolution culturelle, il faut tout détruire et rebâtir, dans tout cela Gao a trouvé " un moyen d'exister " : l'art ; c'est son seul secours malgré les tracas qu'il subissait.


Au bout des différents problèmes rencontrés, il y a la liberté qui " se manifeste sous forme de douleur et de tristesse " et " t'apporte enfin la joie et la sérénité. " Gao n'a jamais perdu espoir.


Jonglant entre "tu" et "il" d'une chapitre à une autre, Gao critique, analyse, décortique, fulmine de ce pays d'où il est né, la Chine, tout un art d'écriture engagée et libre à la fois. La relation entre " tu " et " il "se résume par " Toi et lui, vous avez été compagnons de route, tu n'as été ni son camarade, ni son juge, et non encore  moins son ultime bonne conscience, (..) tu en as profité pour l'observer à ta guise en tant qu'objet en soi. "


Gao avait écrit que " les hommes ne peuvent comprendre ce monde " alors que lui-même tente de résoudre les questions existentielles de ce monde.


D'une grande résistance face à tout ce qui lui arrive "aucun homme ne peut être abattu s'il ne se laisse pas aller. On peut l'oppresser, l'humilier, tant que l'on n'arrive pas à l'étouffer, il aura peut-être l'occasion de relever la tête. " Une grande philosophie de Gao.


Gao écrivait : " La mort présente une limite contre laquelle on ne peut résister, la beauté humaine se trouve à l'intérieur de cette limite, débrouille-toi pour en profiter ! " ou encore " seule la vie mérite que l'on s'enthousiasme, n'est-ce  pas ainsi ? ".


La grande partie du temps décrit est froid, neigeux, pluvieux là où se trouve "tu" ou "il" : " le premier jour il faisait moins dix degrés mais il neigeait quand même. " Tout se passe comme s'il n'y a de beau jour que très rarement.


Pour conclure cette longue vie sous la terreur et l'espérance : " que son problème c'est d'être venu trop tôt au monde. S'il était né un siècle plus tard, par exemple au cours du nouveau siècle qui se profile à l'horizon, peut-être n'aurait-il pas eu tous ces problèmes. "


Si vous avez du Schnittke, surtout Grand concerto n°6, écoutez le en même temps que vous liserez ! Et si non, plongez dans les pages, laissez vous emportez par les phrases.


Exaltant !


 


Le Livre d'un homme seul / Gao Xingjian. - Paris : Ed. de l'aube, 2008. - 560 p. : couv. ill. ; 18 cm. - (Points ; 1843)

Commenter cet article

Jeanne Ralimahenintsoa 13/11/2010 08:00


Exaltant !!!! comme vous le dite !!!!!!!!!!
ça donne envie de le lire !!!
Merci !


M Y R 13/11/2010 08:35



Le livre n'attend que vous ! Merci.