Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par M Y R

stegner.jpeg


Le premier paragraphe :


" Le convoi brimbalait en rase campagne lorsque enfin Elsa parvint à chasser la tristesse du départ pour ne polus songer qu'à sa délivrance. Elle rangea son mouchoir, s'accota à la vitre crasseuse et se prit à regarder les fils du télégraphe s'incurver de poteau en poteaun à contempler les arbres, les fermes éparses qui glissaient sans heurt vers l'arrière en une interminable déclinaison de maisonnettes blanches, de granges rouges et de champs de blé. Chaque mille parcouru était un pas de plus vers la libération. " (p. 9)


Une saga à travers les Etats-Unis d'Amérique du temps où les pionniers avaient encore et toujours ce regard vers cet horizon prometteur. Mais tout n'est  pas si bleu pour tout le monde. De leur jeunesse jusqu'au bout de la route, Stegner avait suivi patiemment et pasionnément Bo et Elsa.


Avec une verve très riche et un zest d'inventivité afin de donner a son saga sa force et sa puissance, Stegner offrait au lecteur une fusion de paysages et de personnalités bien ancrés dans l'Amérique profonde. La Montagne en sucre enflamme le lecteur en suivant les aventures de Bo Manson et d'Elsa.


De déscriptions en portraits, La Montagne en sucre n'en est pas avare. 


Le dernier paragraphe :

 

" Il était le seul qui restait pour remplir ce contrat et tenter de justifier le labeur et la dureté des erreurs de la vie de ses parents, et cette responsabilité était si évidemment sienne, était une obligation si impérieuse, qu'elle rendait insignifiante et irréelle la vision du petit groupe disparate qui chancelait sous le poids du corps de son père, ou celle du hayon du corbillard se refermant sans bruit sur le cerceuil et les fleurs. " (p. 986)


Finaritra !

Commenter cet article